ayurveda et soins de santé

1/2

Il existe beaucoup de facteurs qui peuvent influencer nos biomatériaux ou doshas causant ainsi des maladies ou des déséquilibres corporels. L’Ayurveda a classifié sept principaux facteurs étiologiques de la maladie: héréditaire, congénital, traumatismes externe et interne, tendances ou habitudes naturelles et saisonnières et facteurs surnaturels. Les Doshas peuvent également être affectés à la suite d’émotions déséquilibrantes telles qu’un chagrin non résolu, la tristesse, la colère, la peur ou l'anxiété. 

 

La maladie peut aussi résulter d'une utilisation excessive, d’un abus ou d’une sous-utilisation des sens: le goût, la vue, l’ouïe, le toucher et l'odorat. Selon l'Ayurveda, une maladie peut être décrite par un certains nombre de critères, le nombre de biomatériaux ou doshas impliqués, les tissus spécifiquement touchés, la qualité ou la combinaison de qualités qui ont aggravé le dosha, si la maladie est primaire ou secondaire, et la force et la durée de de la maladie.

 

Les soins de santé en Ayurveda visent essentiellement à maintenir l'équilibre de nos biomatériaux (doshas) et leurs qualités universelles (gunas). En accord avec les concepts de l'Ayurveda, une bonne santé repose sur l'équilibre des biomatériaux ou humeurs (doshas), des feux digestifs (agni) et des sept tissus de l'organisme: la lymphe, le sang, les muscles, les tissus adipeux, les os, la moelle osseuse et le sperme (dhatus) mais aussi des productions telles que les fèces, l'urine et autres déchets (malas). De plus, l'OMS définit la santé presque de la même manière que les anciens textes classiques ayurvédiques (Rapport de l'OMS, 2002).

 

Un des objectifs essentiels de l'Ayurveda est d'identifier l’état idéal d'une personne en d’équilibre afin de déterminer les causes de sa situation hors d'équilibre. Ce qui l’amène à offrir des interventions adaptées en utilisant l'alimentation, les protocoles à base produits naturelles, les massages du corps, la méditation et autres techniques lui permettant de rétablir l'équilibre.

 

© dr luis eduardo cardona-sanclemente 2018